Caleb Gattegno, un ardent promoteur des réglettes de Cuisenaire

Parmi les personnes convaincues par l'efficacité et la puissance de l'invention de Georges Cuisenaire, il y a Caleb Gattegno. Cet homme incroyablement dynamique est tourné vers les mathématiques au début, puis aussi la philosophie, les langues. Il a suivi un fil conducteur toute sa vie durant : l'apprentissage.

Qu'est-ce-qu'apprentissage efficace ? Quelles sont les conditions qui permettent un apprentissage efficace ? Comment le mettre en œuvre ?

Qui était-il ?

Il est né en 1911 à Alexandrie, en Égypte et enseigne, en 1937 les mathématiques au lycée français pendant 4 ans. Caleb Gattegno est passionné par les recherches sur le lien entre apprentissage et l'enseignement. Ce qui le conduit à de très nombreuses publications sur ces sujets. Et ainsi, après l'obtention de son doctorat de mathématiques à l'université de Bâles, il obtient un master des arts dans l'éducation à Londres et à un doctorat de lettres à Lille.

Énergique, créateur, toujours en recherche

Caleb Gattegno fonde plusieurs associations, toujours tournées vers une meilleure compréhension de l'apprentissage et une amélioration de l'enseignement des mathématiques.

Ainsi, en 1951, Caleb Gattegno initie la commission internationale pour l'étude et l'amélioration de l'éducation mathématiques (CIAEM en anglais), avec le mathématicien français Gustave Choquet. et le psychologue et épistémologue suisse Jean Piaget, le célèbre biologiste psychologue qui a tant travaillé sur le développement des enfants. Puis, deux ans plus tard, Caleb Gattegno l'association pour l'aide à l'enseignement des mathématiques (Association for Teaching Aids in Mathematics), qui devient Association of Teachers of Mathematics depuis 1962. Caleb Gattegno créer cette association dans cet esprit :

Enseigner pour inspirer, pas pour informerCaleb Gattegno

Ensuite, il participe à la création de l'association des professeurs belges de mathématiques d'expression française.

Sa recherche le pousse à dialoguer avec d'autres spécialistes. C'est un homme à l'esprit ouvert, curieux, toujours en recherche d'une amélioration.

La rencontre avec les réglettes de CuisenairePlaisir des nombres - Caleb Gattegno et les réglettes de Cuisenaire

Caleb Gattegno et Georges Cuisenaire se rencontrent au milieu des années 50. Caleb Gattegno est alors convaincu par l'économie d'énergie importante réalisée grâce à l'efficacité du matériel Cuisenaire.

En conséquence, il a diffusé leur utilisation à travers l'Amérique du Nord, et l'Europe. Entre 1954 et 1962 il fera plusieurs fois le tour du monde. Créera plus d'une dizaine d'associations Cuisenaire pour promouvoir ce matériel et former les enseignants.

Il fonde la Cuisenaire Company en Angleterre en 1954 et la dirige pendant 32 ans.

Il est intervenu dans de nombreuses écoles, en primaire. A montré et démontré les possibilités des réglettes pour aborder des notions vues habituellement au collège ou même au lycée.

Une rencontre fondamentale

Caleb Gattegno met en lumière l'énergie mentale que coûte l'apprentissage de n'importe quelle information. Il réalise à quel point cette énergie est grande. Personne ne se souvient de son enfance et de ce qu'a coûté comme effort l'apprentissage de la marche et de la parole.

Plaisir des nombres - Caleb Gattegno avec les réglettes de Cuisenaire Mais Caleb Gattegno va plus loin : fondamentalement convaincu, par son observation, que chaque être humain a un sens aigu de cette dépense, il émet l'hypothèse qu'en conséquence, chaque personne agit donc de manière à la minimiser.

Et que pour rendre l'apprentissage le plus efficace possible, il faut une méthode qui soit tout aussi efficace dans l'utilisation de l'effort fourni par celui qui apprend.

De plus, il pose la perception et l'action comme actes fondateurs de la pensée mathématique.

Il a aussi l'intuition qu'il faut faire prendre conscience à l'élève de ce que l'on veut lui apprendre. Dans ce sens, il ne sert à rien que l'enseignant apporte des informations à retenir. Mais essentiel qu'il montre la voie à suivre. Qu'il présente des défis à relever. Il proposa une nouvelle relation entre le professeur et son élève qu'il a nommé : la subordination de l'enseignement à l'apprentissage.

Dans la lignée des grands pédagogues comme Maria Montessori et Célestin Freinet, il pose le concept « beaucoup avec un peu ».

Ou si l'on veut : « Ne donner à l'élève que ce qu'il ne peut raisonnablement pas découvrir tout seul et lui laisser faire le reste. »

Les capacités de chacun à l'apprentissage indépendant et autonome sont insoupçonnées

En 1985, dans la préface de l'ouvrage « Aperçu historique sur la Commission Internationale pour l’Étude et l’Amélioration de l’Enseignement des Mathématiques », il exprime sa pensée profonde :

Personne ne peut être privé de la joie de la découverte mathématique que nous savons être à la porté de tous parce qu'elle a été à notre portéeCaleb Gattegno

Il décède en 1988 à Paris, il a 77 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.