Une dimension humaine fondamentale

   L'enjeu des l'enseignement des mathématiques... Vaste sujet. Ne pas perdre confiance en soi. Pouvoir choisir sa voie dans la vie. Avoir l'opportunité de développer un esprit mathématique critique et solide pour soi-même ou pour devenir des citoyens et des citoyennes habitués à démêler ce qui est vrai de ce qui ne l'est pas.

C'est déjà beaucoup, et pourtant ce n'est pas tout.

Une dimension humaine fondamentale

   L'esprit mathématique et scientifique, contient encore une autre dimension humaine, fondamentale, et par son importance même très précieuse. Et à notre époque, qui ressemble à une transition, il est plus que nécessaire d'en emplir les tête des générations futures.

   Parce qu'à l'heure où tant de guerres opposent des hommes contre d'autres, où tant de violence détruit une partie de l'humanité, l'esprit communautaire des mathématiques aurait bien besoin d'être propagé.

La tolérance - Ce qui est vrai en mathématique l’est pour TOUS

Plaisir des nombres - Vrai et beau pour tous

Comme les vérités mathématiques, la nature est belle pour tous.

   Car en effet, ce qu'un raisonnement rigoureux a validé, est identique pour tous et partout. Au-delà des différences de langues ou de traditions, le langage mathématique unifie tous ceux et celles qui l'utilisent. Il est le même pour tous, ses raisonnements sont identiques et les vérités ainsi trouvées valent pour tous également.

   À ce titre, il se rapproche de la musique, qui permet également de s'exprimer d'une manière compréhensible par tous, quelque soit les différences.

   Pourtant, à la différence de la musique, les mathématiques ne font pas appel à l'émotion, mais au contraire obligent à prendre de la distance avec ce qui est étudié. Pas d'émotion en mathématique, mais la logique rationnelle qui permet de sortir du subjectif. Et de prendre du recul.

   À ce titre, il n'y a pas de supérieur, ou d'inférieur parmi les humains du fait de leurs origines, culture, croyances, choix politiques ou autre. Il n'y a que la tolérance qui fait que d'où qu'elle vienne, une idée est une idée acceptable à priori.

Comme le dit L Lafforgues, médaille Fields en 2002 et membre de l'académie de sciences :

« Nous autres mathématiciens ne pensons jamais qu'une intuition manifestée par
quelqu'un n'a pas de sens. Nous pensons au contraire que toute intuition est signifiante à
condition d'être approfondie. »

Être ouvert à une idée, à une intuition, à une découverte, sans aucune considération pour les différences existant entre son auteur et nous… Quelle belle formation de l'esprit...

Non monnayable - Les démarches mathématiques sont nécessairement ouvertes et libres de droit

Plaisir des nombres - Le théorème du perroquet

Le théorème du perroquet de Denis Guedj. Un fabuleux roman à lire pour comprendre les enjeux des mathématiques.

   Les mathématiques, comme les sciences ne se font pas seul, reculé, isolé. Les raisonnements doivent être confrontés par d'autres, sont étudiées par d'autres qui les refont, en observe l'élégance et la justesse. Un mathématicien qui affirmerait avoir découvert quelque chose ne serait pris au sérieux qu'à partir du moment où, son raisonnement et son analyse étant connu de tous, sa démonstration peut être reproduite et étudiée par d'autres. Qui le valident ou pas.

En mathématique, seules les idées donnent de la valeur, ni l'argent, ni le pouvoir ne remplacent le raisonnement.

   Les démonstrations, découvertes, analyses ne sont pas monnayables. Seules leurs applications techniques le sont. Mais personne ne vous fera acheter la démonstration qui permet de relier la multiplication à l'addition. Ni la démonstration du théorème de Pythagore. Ni aucune autre.

Un raisonnement secret n'a aucune valeur. Seul le partage valorise le travail effectué.

   Finalement, ce qu'internet a permis de Redécouvrir avec le monde du libre (wikipedia, les logiciels libres…) est basé sur l'esprit mathématique.

Les découvertes d'aujourd'hui sont possibles uniquement grâce aux efforts conjugués de nombreux mathématiciens des temps passés qui ont laissés leurs œuvres ouvertes à tous.

   Nous devons notre confort d'aujourd'hui à cette idée fondamentale, mais tant méprisée aujourd'hui que le savoir appartient à tous. Et est gratuit. Car le savoir est la seule chose qui, partagée, s'agrandit.

Ça en vaut la peine, alors… développons l'esprit mathématique de nos enfants

   Permettre de faire une rencontre heureuse avec les mathématiques, c'est donner, entre autre, la possibilité de la joie que procure le partage d'une découverte. Tous les enfants connaissent cette joie intense : la moindre découverte, d'un objet ou d'un animal les enthousiasme.

   En physique, par exemple, montrez à un enfant quelques gouttes de colorant qui se dissipent dans un verre d'eau chaude, les volutes que cela produit… Ou bien saupoudrez de poivre une casserole d'eau très chaude… Montrez-lui comment faire fondre un capuchon de stylo à bille avec une loupe un jour de grand soleil… Et tout autre découverte surprenante… alors la joie de cette découverte va se faire entendre.

   En mathématiques aussi, les manipulations des réglettes permettent très vite et très tôt de faire des découvertes seul. Et chaque parent sait à quel point un enfant est fier de partager ce qu'il a compris tout seul.

Une rencontre heureuse avec les mathématiques est possible.

Plaisir des nombres - Commentaires sur l'esprit mathématique

Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.